Le bulletin n°27 de Octobe – Novembre – Décembre 2016 est en ligne !


Dans ce numéro 27 de FENOP-INFO, vous trouverez :

- Un édito sur  les 20 ans d’existence de la FENOP, au service du monde rural ;

- Un article sur un atelier régional organisé par la COPAGEN invitant des organisations paysannes et de la société civile du Sahel à réfléchir sur les problématiques de l’agro-écologie et des semences paysannes dans les stratégies de développement agricole ;

- Un article sur la célébration de la journée Internationale de la  Femme Rurale à Kaya, avec la participation de deux femmes sud-américaines, venues soutenir leurs paires dans la lutte pour l’accès des femmes à la terre ;

- Un article sur la participation de la FENOP à des rencontres d’échanges entre la société civile et les élus locaux de Bama et de Bobo Dioulasso, dans le but de convaincre les autorités locales à s’engager dans la promotion des petites exploitations familiales agricoles ;

- Une fiche technique pour la préparation d’un insecticide naturel à base de piment, d’ail et d’oignon ;

- Un interview de M. SAWADOGO Mathieu, Directeur de l’Association pour le Recherche et la Formation en Agro-écologie (ARFA), à l’occasion de ses 20 ans d’existence ;

- Quelques brèves sur la participation de la FENOP à des évènements d’envergure nationale ou internationale.

FENOP-Info N°27 Octobre – Novembre – Décembre 2016

comment cultiver le gombo ?


- GENERALITE

Le gombo (hibiscus esculentus ou abelmoschus esculentus)plante gombo est le fruit d’une plante tropicale à fleurs, originaire d’Afrique utilisée comme légume de soupe et de sauce de très bonne saveur. Aujourd’hui il est cultivé et consommé partout ailleurs dans le monde (Amérique, Asie, Europe).

C’est une plante annuelle qui s’auto-pollinise. Elle produit beaucoup de fruits et est récoltée de juillet à novembre selon la variété et le type de climat et de technique de culture utilisée. La récolte commence 2 mois après le semis et on récolte les jeunes gombos de 3 à 5 jours après floraison. Les fruits trop mûrs sont fibreux, on peut les conserver pour  les prochains semis.

Naturellement mucilagineux, le gombo (légume) a la propriété de dégager d’autant plus de mucilage qu’il est haché finement. C’est une plante qui a aussi des vertus thérapeutiques par ses feuilles, ses tiges … Avec entre 25 et 40 kilocalories pour 100g selon les variétés, le gombo est un légume diététique. Il est cependant très nutritif, riche en calcium, en vitamine A, C et D ainsi qu’en sels minéraux.

- PRINCIPALES EXIGENCES DE LA PLANTE

Nature du sol

Le gombo se développe mieux dans un sol profond, bien drainé et léger (sablo limoneux), riche en matières organiques et à bonne capacité de rétention d’eau. Le gombo est sensible à la salinité.

- PRATIQUES CULTURALES AU CHAMP

Choix du terrain

Pour le choix d’un site de production du gombo, il est préférable d’utiliser un terrain bien ventilé qui permettra une bonne aération au niveau de la végétation. Cette bonne aération réduit l’humidité au niveau du champ, diminuant ainsi les risques de développement de certaines maladies fongiques telle que la cercosporiose. Par ailleurs, les zones qui provoquent trop d’ombrage au niveau des champs de gombo ou des zones à fortes rosées sont à éviter. Ces zones maintiennent une forte humidité au niveau des plantes, ce qui est favorable au développement des maladies fongiques. Il apparaît donc nécessaire d’éviter la culture du gombo dans les sous-bois des milieux forestiers mal ventilés et à ombrage épais.

La rubrique des techniques


L’article le plus lu sur le site de la FENOP est celui sur la mouche blanche, qui a été publié dans FENOP-INFO n°6.

C’est pourquoi, le site de la FENOP vous propose à partir de juillet 2007 une nouvelle rubrique sur des sujets plus techniques, intéressant vos productions et vos pratiques. En espérant que cette nouvelle rubrique correspondra aux attentes de nos lecteurs. N’hésitez pas à nous écrire : fenop@cenatrin.bf