Changement climatique : des feuilles mortes pour redonner vie à la terre

Lankoandé Tani Pauline ne peut s’empêcher d’afficher un sourire quand elle parcourt son champ à maturité. C’est presque inespéré de produire autant de sorgho, de niébé et d’arachide sur une terre aussi dégradée à Sagabou dans l’une des régions les plus hostiles du Burkina Faso, l’Est du pays. « Aujourd’hui quand je parcours mon champ en maturité, c’est difficile de contenir ma satisfaction. Cette année les récoltent s’annoncent bonnes. Déjà mon silo de niébé est rempli et la récolte n’est même pas encore finie », explique Tani Lankoandé en souriant.