Formation et capitalisation

La FENOP dépuis sa création 1996 met en œuvre des initiatives en faveur de ses membres en rapport avec les objectifs qu’elle s’est assignée. Parmi ces initiatives, figurent en bonne place les initiatives en lien avec la justice climatique. Il s’agit du renforcement de capacités de ses membres sur les techniques agricoles en particulier les itinéraires techniques de production. Mais un accent particulier est mis sur la promotion de l’agro écologie et plus généralement dans le domaine de la justice climatique en vue d’éliminer l’utilisation des produits chimiques (engrais, pesticides) et des OGM en agriculture et de lutter contre les aléas et les effets du changement climatique. Fort des acquis engrangés dans ce domaine, la FENOP a jugé utile de faire une halte afin d’évaluer  le chemin parcouru, tirer les leçons et définir des perspectives. C’est dans cette optique qu’elle a organisé le 03 novembre 2020, avec l’appui financier du Fond Mondial pour les Femmes, un atelier d’échanges et de Concertation sur les actions promues par la FENOP dans le domaine de la Justice climatique au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest en collaboration avec ses organisations membres et ses partenaires.  L’atelier s’est tenu à Bobo Dioulasso dans la salle de réunion de la Direction Régionale de l’Agriculture et des Aménagements Hydro agricoles des Hauts Bassins. L’atelier a connu la participation d’une trentaine de personnes venue de structures diverses (associations, ONG, OP et centre de recherche) impliquées dans les dynamiques en lien avec la justice climatique au Burkina.

Méthodologie / déroulement

Les travaux de l’atelier se sont déroulés en commissions et en plénière. Pour ce faire, trois groupes ont été formés. Les  séances de travail ont été organisées dans ces commissions et les restitutions faites en plénière, chaque groupe ayant préalablement choisi son rapporteur.

Avant l’entame des travaux d’échange sur les actions de la FENOP, une communication portant sur la compréhension de la notion de justice climatique a été livrée par le consultant Dr KAMBIRE F. Cédric, chargé de la recherche à l’Institut de Recherche en Sciences Appliquées et Technologies (IRSAT).

Les participants lors des échanges ont pu identifier certaines actions réalisées à leur niveau par la fenop.

En termes d’initiatives et activités promues aux organisations membres de la FENOP, on retiendra :

  • La production du compost à base des déjections d’animaux + les eaux usées + les tiges de niébé (groupement TOANANAN de Tougan ; UPTC Nayala)
  • La production de bios pesticides (association MUNYU ; BIOPROTECT ; UPTC Nayala)
  • La production de compost enrichi à la paille + bouse de vache + cendre + poudre de neem + plumes de volaille + os calcinés + solsain (BIOPROTECT)
  • La production de compost liquide à base de feuilles + cendre + matières fécales + fiente de volaille (BIOPROTECT ; Association MUNYU ; UFROAT) ;
  • La production de compost bokashi (BIOPROTECT ; RESACIFROAT ; Association MUNYU ; UFROAT) ;
  • L’organisation des formations au profit des femmes sur l’agriculture biologique (RESACIFROAT);
  • La mise en place de jardin bio-tomate (RESACIFROAT) ;
  • La mise en place d’une unité de production d’intrants biologiques (association MUNYU) ;
  • La diffusion des pratiques agro écologiques par la sensibilisation (association MUNYU) ;
  • La mise en place d’un maraîchage biologique (association MUNYU) ;
  • La mise en place des champs écoles pour des formations aux pratiques agro écologiques (association MUNYU) ;
  • La production de riz biologique (association MUNYU ; SINIGNANSIGUI ; UNPRB) ;
  • La sensibilisation par des jeux radiophoniques sur l’abandon de l’utilisation des intrants chimiques (UPTC Nayala) ;
  • La formation à l’utilisation de la fumure organique au profit des femmes (SINIGNANSIGUI) ;
  • La formation à la production/utilisation de la fumure organique (UNPRB) ;
  • La pratique du SRI/PPU (UNPRB) ;
  • La fabrication des briques à base de balles de riz (UNPRB) ;
  • La production de compost en tas (Association MUNYU ; UPPAH ; UFROAT ; SINIGNANSIGUI) ;
  • Le recyclage des ordures ménagères (UPPAH ; UFROAT ; SINIGNANSIGUI) ;
  • La promotion des variétés de semences adaptées (Association MUNYU).

Au terme des travaux de groupe, les participants ont identifié des nouvelles actions que la FENOP doit renforcer ou mettre en oeuvre pour un accompagnement durable des producteurs (trices). Ce sont entre autre :

  • Former et accompagner les productrices à la production et à l’utilisation de l’engrais liquide
  • Former les productrices sur les techniques de récupération des terres dégradées (Zaï, reboisement, demi-lune) ;
  • Former les formateurs endogènes ;
  • Mettre l’accent sur la valorisation des produits biologiques ;
  • Mener des plaidoyers pour une sécurisation foncière ;
  • Renforcer les acquis et promouvoir les pratiques agro écologiques en mettant l’accent sur la communication notamment les jeux radiophoniques ;
  • Promouvoir la production du riz biologique à grande échelle ;
  • Promouvoir la méthode culturale SRI/PPU à grande échelle ;
  • Travailler à équiper les femmes et les couches vulnérables et matériels et équipements de productions de biofertilisants ;
  • Accentuer la sensibilisation des producteurs sur les dangers liés à l’utilisation des intrants chimiques.
  • Appuyer les femmes (productrices) dans l’acquisition des APFR